Avertissement concernant l'usage des cookies sur ce site

Nous utilisons des cookies sans aucun but commercial. Sans cookies ce site ne fonctionne plus.

J’étais Hugo, du haut de mon Tigre en orbite martienne je contemple ma réussite.

MarsCom m’avait demandé de sauter une étape de tests indispensable.

Les fous, comme si on pouvait se permettre de ne pas tester. J’étais sûr de ma technologie mais pas certain du travail réalisé par les hybrides Monxanto.

J’avais réduit le nombre de tests sans les supprimer totalement, tout était prêt. J’avais laissé mon Tigre effectuer deux dernières orbites pour me permettre de contrôler visuellement que tout était en ordre et j’avais déclenché l’opération.

Les réacteurs s’étaient embrasés à pleine intensité dans un parfait synchronisme, leur énergie avait giflé la planète. La surface s’était couverte d’une multitude de tornades de sable qui allaient tourbillonner plusieurs semaines de leur valse insensée. Cela n’avait pas empêché le démarrage de la phase suivante : le retournement des réacteurs. Après un dernier contrôle de l’ensemble des paramètres je m’étais retiré dans ma cabine pour me reposer, j’avais pensé que les jours suivants allaient être éprouvants. Si j’avais su comment Mars allait me donner raison.

J’avais du rêver à Xieng, je savais qu’il avait procédé à un test de son Raptor et devait se rapprocher de Mars, il pourrait contempler ma réussite. Mais un appel de MarsCom m’avait réveillé, quelque chose avait mal tourné.

La Terre venait de subir une grave perturbation : son axe de rotation avait basculé de quelques degrés. Comme si changer celui de Mars avait entrainé un réalignement de la Terre. Comme si les deux planètes avaient dansé dans le meme ballet. Aucun calcul n’avait prévu cette désastreuse conséquence. Des Tsunamis avaient rasé les côtes, des milliers de personnes étaient mortes dans le delta du Gange. MarsCom m’avait demandé de tout arrêter. Mais il était impossible d’arrêter ce processus une fois lancé, il fallait aller jusqu’au bout sous peine de perturbations encore plus grandes.

Je m'étais rué dans un contrôle poussé de chacun des réacteurs et j’en avais découvert toute une série dont les paramètres n’étaient pas corrects. Les hybrides qui étaient censés les surveiller et corriger toute dérive n’étaient plus là. Un rapide recensement de leurs puces de contrôle m’avait appris que leur métabolisme était arrêté. Pourtant Monxanto les avait garantis pour des conditions de travail bien pires. Je n’avais plus le temps d’enquêter, un premier groupe de réacteurs venait d’entrer en résonnance, ils remplissaient l’atmosphère de radiations, ce que j’avais voulu éviter en employant l’énergie gravitonique. Il n’existait plus qu’une manière d’empêcher que la vague de résonnance ne gagne tous les réacteurs, descendre au sol et les arrêter manuellement un par un.

J’avais ordonné à mon Tigre de se poser vers le premier réacteur pendant que j’enfilais une combinaison de sortie. Stopper le réacteur m’avait pris dix minutes, au bout de trois heure j’avais stoppé tous les réacteurs hors de contrôle. Mais j’avais aussi encaissé mille fois plus de radiations que ma combinaison n’en supportait.

Entre deux évanouissements, j’avais trouvé la force de me trainer jusqu’à mon Tigre et de lui demander de monter en orbite basse où il s'était mis à dériver. Avec effroi, j’avais regardé grandir la gangue de glace radioactive qui s’était développée jusqu’à enserrer toute la planète. C’est là que Xieng m’avait trouvé. Il avait arrimé son Raptor puis s’était précipité pour me fermer les yeux.

Xieng, est-ce que j’avais été un héro ?

Aucun Commentaire

Ajouter un Commentaire